La fin du voyage …

Un grand MERCI de nous avoir suivis durant cette traversée et d’avoir participé à ce projet écocitoyen.

Notre voyage a été enrichissant, nous avons pu profiter de paysages magnifiques, rencontrer des gens touchant et généreux.

C’est par avion que nous nous envolons vers de nouvelles aventures…

Retour à Bonifacio

Cela fait bientôt 4 mois que nous sommes partis voyager au grès du vent et de la mer. Depuis plusieurs semaines l’envie de reprendre une vie active nous taraude. La fin de l’aventure s’annonce imminente…

Nous retournons à Bonifacio pour préparer notre retour sur le continent. Adopte un Rêve restera sur l’île de Beauté, nous avons eu la chance lui trouver une nouvelle famille, qui lui permettra de naviguer encore quelques années en Méditerranée.

Mouillage aux Iles Lavezzi

Nous avons repris la mer, pour trouver un petit coin de paradis aux îles Lavezzi.

Le lieu est très touristique mais dès les navettes maritimes partis, c’est un vrai bonheur. On se sent vraiment privilégiés de pouvoir rester au mouillage, dans cette réserve naturelle à l’eau turquoise. Les fonds marins sont magnifiques et l’île sauvage…

Au coeur des terres sardes

Entre les forts vents d’Ouest et d’Est, nous n’avons pu quitter le nord de l’île.

C’est au mouillage de Porto Pollo, où nous avons décidés de nous arrêter. Après avoir profités des alentours et sachant les conditions de navigation encore mauvaises, nous avons eu l’idée, de nous balader à l’intérieur des terres !

Pour se faire, un scooter de location fût l’affaire.

De passage à Porto Cervo, en profitant d’une matinée à Olbia, puis nous arrêtant le soir venu, dans un gîtes à Aggius. Nous avons continués dès le lendemain matin, en nous promenant dans la Vallée de la Luna et en visitant Tempio, pour enfin, nous arrêter dîner à Arzachena.

La Sardaigne du Nord

En route pour la Sardaigne !

Après une tempête de vent d’Ouest et trois jours au mouillage (sans pourvoir toucher terre), nous avons pu quittés Porto-Pozzo.
Nous avons longés le parc national de l’archipel de la Maddalena, et avons pu nous diriger jusqu’à Porto Palau.

Les villes de la côte sarde sont bien désertes en septembre, comparer à son île voisine. Les conditions météorologiques très changeantes en cette période, nous on obligés a ne pas descendre plus à l’Est.

Escale à Bonifacio

En 10 heures de navigation et avec un vent très présent, nous sommes arrivés à destination.

En arrivant vers Bonifacio, la vue été splendide. Le port se situant au fond d’une calanque, nous avons pu admirer les falaises de calcaires, travaillés par le temps. Cette ville dégage un charme d’autrefois, il est très agréable de se promener dans la vieille ville et de profiter de la vue le long de la falaise.

Dommage que le port reste cher même en basse saison.

Étape à Ajaccio

Le trajet continu jusqu’à notre prochaine étape: Ajaccio ! Nous avons eu la chance d’être accueillis quelques jours par la capitainerie du port Charles Ornano, nous permettant de faire le plein de la cambuse.

Après cette escale dans la capitale Corse, nous avons fait route direct vers Bonifacio. Durant le trajet, nous avons la chance d’être escortés par un groupe de dauphins s’amusant sous l’étrave du voilier. Un spectacle juste magnifique !

Corse côte Ouest

Nous avons poursuivi notre parcours vers Saint-Florent en profitant des mouillages aux alentours, jusqu’à l’île Rousse. Dans cette ville animée, à l’îlot rocheux rouge, nous avons pu découvrir l’intérieur des terres par une sortie sportive.
En continuant le voyage, une escale dans la ville de Calvi et sa citadelle été incontournable.

On se rend compte que les beautés de cette île viennent autant du charme de ses villes que de ses coins sauvages.

Nord de la Corse

Proche du cap Corse, nous nous sommes abrités de la houle à la Marine de Luri. Dans cette partie de l’île, les mouillages ne sont pas protégés par le vent d’E-SE et les places de port disponibles sont presque inexistantes.

En attendant que les orages de l’Ouest se calment, nous avons patienté au mouillage à la baie de Macinaggio et la baie de Tamarone. Nous avons pu profiter de magnifiques vus en randonnant dans les anciens sentiers des douaniers.
Dès que le temps nous l’a permis, nous avons traversé le cap Corse pour nous arrêté dans le charmant village de Centuri.

Corse côte Est

Après 15 heures de navigation au portant, nous voilà arrivées au Cap Corse.

Au lendemain de 3 jours de navigation intense, nous nous sommes arrêtés à la baie de Saint-Cyprien, près de Porto-Vecchio. Après avoir passé une petite semaine là-bas, nous avons rebroussé chemin.

La côte Est possédant peu de mouillage et les nombreux orages prévus, nous ont invité à nous abrité. Nous avons fait étape au port de Solenzara où nous avons été reçus. À Bastia nous avons profité d’un mouillage près de la vieille ville pour y passer quelques jours et découvrir la ville, avant de rejoindre la partie nord de l’île.

Dans cette partie du voyage, nous avons découvert une côte calme et peu touristique.

Escale à Pise

En naviguant près des côtes Toscane, nous avons pu observer un groupe de dauphins, un spectacle toujours magique.

Notre destination la Marina di Pisa, où nous avons été accueillis dans ce port fraichement construit et étonnamment vide. Nous nous sommes arrêtés pour visiter un des emblèmes de l’Italie du centre, la célèbre tour de Pise. Une ville très animée par le tourisme avec des visiteurs, qui ne manquent pas d’imagination pour poser dans des postures acrobatiques avec la tour penchée.

Après quelques semaines en Italie, nous avions très envie d’écourter notre programme et de passer directement à la Corse. Notre décision fut prise en conséquence des peu de mouillages autorisés et des marinas très chères en Italie.

Mouillage de Sainte-Marguerite à Porto Venere

Le trajet continue… nous avons trouvé des mouillages parfaitement situés au pied des villes. Comme à Sainte-Marguerite de Ligure, à Levanto ou à Porto Venere, où nous avons pu poser le pied sur la terre ferme.

Afin d’éliminer les litres de glaces italiennes engloutis, nous avons profité des aménagements longeons la côte pour nous rendre de ville en ville (à Portofino par un sentier de randonnée très agréable, ou bien à Bonassola par une ancienne voie de chemin de fer accessible aux piétons et cyclistes).

Étapes à Gênes

Direction Gênes, durant notre trajet nous avons dû nous abriter d’un orage au port de Savone, une ville plutôt industrielle. Le lendemain, quelques heures de navigation on suffit pour arrivée à destination.

Nous avons choisi de nous nous arrêté au port Antico, situé au coeur de la vieille ville. Gênes étant la première ville de la Ligure, nous avions de quoi nous occupé entre musées, églises et balades dans les nombreuses et charmantes ruelles de la ville.

Escale à San Remo

Escale à San Remo, où nous avons profité de la gratuité du port pour visiter la ville quelques jours. Dû a une chaleur étouffante, nous avons trouvé refuge dans un bar climatisé permettant de nous actualiser.

Nous nous sommes régalés de spécialités italiennes (d’excellentes charcuteries, focaccias, etc…) et de bon vin, vous l’aurez compris rien de très léger!

Étape à Vintimille

Le trajet fut rapide pour atteindre Vintimille. Lors notre arrivé, nous avons été reçus par le maire de la ville venu nous chercher en zodiac jusqu’à notre mouillage. Après avoir rencontré Bruno et son équipe (correspondant Surfrider Ventimiglia), nous avons pris connaissance de la course de caisses à savon prévu le lendemain, et avons pu profiter de cet événement bien sympathique.

Escale à Menton

Après quelques heures de navigation, nous voilà arrivés au port municipal de Menton, où nous avons été gentiment accueillis. Avant de passer la frontière, nous devions réaliser quelques emplettes; ce qui s’est traduit: par un nouveau toilette (l’ancien possédé trop de pièces usées et était devenu inutilisable) ainsi qu’un plein de cubes de propane pour permettant de combler l’appétit gargantuesque de notre réfrigérateur.

Escale à Antibes

En poursuivant notre parcours, nous nous sommes arrêtés au port Vauban, nous recevant pour deux jours. Ce qui nous a permis de faire vérifier notre alternateur qui était resté sur le banc de touche depuis notre départ.

Après avoir profité de cette escale pour participer à la fête nationale entre Antibes et Juan-les-Pins, nous avons repris le chemin, nous arrêtant dans le charmant village de Villefranche-sur-Mer. En continuant le parcours, nous avons été accueillis au port Cap d’Ail, nous laissant le temps de nous balader dans la Principauté de Monaco.

Escale à Gogolin

En route vers le coin des jets-setters dans le Golfe de Saint-Tropez. Là-bas, nous avons été chaleureusement reçus à la Marine de Cogolin. Après avoir essayé de comprendre les caprices de notre moteur, nous avons pu profiter des alentours et rendre visite à un ancien voisin de notre port d’accueil.

Nous avons repris la route vers l’Est, et jeté l’ancre à l’île de Sainte-Marguerite.

Étape au Lavandou

Ballade dans les îles d’Hyères de Porquerolles à Port-Cros… Nous avons pu profiter du cadre sauvage et des fonds marins qui, à notre grand étonnement n’étaient pas toujours très propres !
En retournant sur le continent, nous nous sommes accordé quelques heures de flânerie dans le centre du Lavandou.

Visite des calanques

De Marseille à Cassis, nous avons découvert ses petits coins de paradis: les calanques.

Après avoir profité de ces lieux, nous avons repris notre parcours direction Le Lavandou. Sur la route, nous avons été reçus au Port Saint-Pierre-des Embiez (une des îles Paul Ricard) partageant la même philosophie sur l’environnement. Nous avons également profité d’un mouillage sur le trajet, à Saint-Mandrier-sur-Mer proche de la zone militaire.

Étape à Marseille

Arrivée à Marseille ! Escale tant attendue où nous avons pu inviter à bord l’équipe de Surfrider Méditerranée, qui nous suit depuis le début de cette aventure.

Notre séjour fut très chargé. Comme toujours, nous avons pu faire de nombreuses rencontres à travers la vieille ville, lors d’évènement comme la régate de vieux gréements, mais surtout lors de nos galères mécaniques. Il faut dire que durant cette semaine nous n’avons pas été de bons touristes. Nos activités étaient tout autres (recherche d’un mécanicien, ravitaillement, bricolage…), mais qu’est-ce qu’on a pu passer du bon temps.

Nous avons dû également faire un pas de géant sur notre parcours, en nous rendant à Cannes. Là-bas, nous avons pu remettre à la Salle des Moteurs notre inverseur afin de le reconditionner une bonne fois pour toutes.

Escale à Carro

Le temps d’une escale au port de Carro, nous avons de nouveau fait face à des problèmes d’inverseur encore et toujours…

L’inverseur reconditionné que nous avions remplacé s’est avéré avoir le même problème que celui d’origine. Malgré l’aide des bénévoles de la SNSM de Carro nous avons réussi à réaliser un bricolage de fortune nous aidant à terminer notre route pour la prochaine IO.

Encore une très belle rencontre… un grand merci pour votre aide et du temps donner à notre projet.

Escale en Camargue

Cap sur Marseille, mais avant un arrêt en Camargue s’impose, nous nous sommes donc rendu à port Camargue le temps d’un week-end où nous avons reçu un très bon accueil du personnel du port. Visite de Aigues-Mortes, le Grau du Roi et les Saintes-Maries-de-la-Mer pour découvrir les traditions camarguaises.

Étape à Palavas-les-Flots

Après deux semaines de navigation nous voilà amarré au port de Palavas-les-Flots pour notre deuxième opération nettoyage. Nous avons reçu un excellent accueil de la capitainerie, nous soutenant dans notre projet et nous permettant de rester quelques jours de plus à quai.

Les soucis de mécanique ne nous quittant pas depuis notre départ (problème d’inverseur et autres problèmes plus minimes) nous avons dû prendre une décision… trouver un autre inverseur. Pas évidant avec un moteur datant des années 70! La pièce trouvée, nous avons fait appel à Philippe, un mécanicien rencontré à Port Camargues. Une fois cette pièce installée nous avons pu reprendre la mer.

Escale à Port-Saint-Louis-du-Rhône

Direction Port-Saint-Louis-du-Rhône. Sur le passage impossible de ne pas remarquer l’énorme port de commerce pétrochimique du Port de Fos et les autres industries lourdes.

Arrivés au port à sec Navy Service, nous avons rencontré Patrick et son magnifique catamaran : Beethoven. Xavier s’est rendu en haut du mat de ce 44 pieds afin de préparer son départ. Nous avons été remerciés par une superbe soirée à bord et par le prêt de sa décapotable, nous permettant de nous rendre plus facilement dans la ville.

Étape à Martigues

Première escale et première Initiative Océane à Martigues où nous avons pu profiter de cette charmante ville.

Le bateau n’étant pas terminé pour le grand voyage, nous nous sommes donc arrêtés chez notre partenaire Accastillage Diffusion Martigues. En plus de matériels, nous avons bénéficié de leurs aides et de leurs conseils.

L’aventure commencée les rencontres n’ont pas tardé, au port à sec Maritima nous avons rencontré un italien, en échange d’une chaîne de mouillage celui-ci nous a offert un avant-goût des mets d’Italie. La plaisance est un partage…